Traitements Parasites externes du Chat
Cabinet vétérinaire
du Dr Riad Kazi Aoul

7 Avenue Porte Didot, 75014 Paris
Tel : 01.45.39.62.36
riadkaziaoul@yahoo.fr

Horaires d'ouverture

: du lundi au vendredi de 9h30 à 12h et de 14h à 19h30,

le samedi de 9h30 à 12h


Nos chers 4 pattes peuvent malheureusement s’avérer être des hôtes de choix pour certains « passagers clandestins » indésirables. Puces, tiques, poux, aoûtats, gale


Les puces
La puce est l’ectoparasite le plus courant infestant les carnivores quel que soit leur mode de vie, urbain ou rural. Cet insecte s’est adapté à l’environnement extérieur comme aux maisons et peut donc s’observer tout au long de l’année, bien que les infestations soient plus importantes au printemps et à l’automne.
2500 espèces sont réparties dans une quinzaine de familles. Dans plus de 90% des cas, c’est la puce du chat, Ctenocephalides felis qui est retrouvée.

La connaissance du cycle évolutif de la puce est indispensable pour la conception d’une prévention efficace de l’infestation. 4 stades sont à distinguer : l’œuf, la larve, la puce (ou nymphe) et enfin l’adulte (le seul stade visible à l’œil nu).
On a l’habitude de dire que sur 100 puces, 50 sont sous la forme d’œufs, 35 de larves, 10 de nymphes et seules 5 sont adultes.

Chez le chat, elles se concentrent plutôt au niveau du cou et de la tête. Sur l’animal, les puces ne sont vues que dans 1/3 des cas en moyenne.

Les pathologies engendrées
Les chats sont moins sensibles aux parasites que les chiens. Ils ne développent que rarement une allergie aux piqûres de puces. On parle alors de dermatite milliaire. Les causes sont multiples mais dans 80% des cas, ce sont des pulicoses.
L’irritation liée à la présence de puces induit aussi chez un certain nombre d’animaux un comportement de toilettage et de léchage excessif : le chat ayant une langue râpeuse, il provoque l’arrachage d’une grande quantité de poils. Il en résulte une alopécie sur l’abdomen, les cuisses, les flancs ou la queue.(et boule de poil, dont l'animal souffrira pour les rejeter, risque d'occlusion intestinale)

La transmission du ténia : Dipilidium caninu. Le chat se contamine par ingestion involontaire de la puce adulte, lors de la toilette ou lors du grattage. Le ténia adulte se développe alors en 15 jours à 3 semaines. C’est à cette période que les symptômes peuvent apparaître.

Traitement des puces (Voir page Puce animal)

Pour être efficace, la lutte contre les puces doit donc s’orienter selon 2 axes:
- le traitement de l’animal,
- le traitement de l’environnement grâce aux régulateurs de croissance des insectes, à appliquer dans les milieux à risque.
Il faut éliminer les puces adultes évidemment, mais également bloquer les stades immatures (œufs et larves) et tuer toutes les nouvelles puces qui arrivent à maturité.


Les tiques
Les tiques font partie des géants de l’ordre des acariens.
Les 3 espèces les plus rencontrées chez les animaux domestiques sont : Ixodes ricinus (de loin l’espèce la plus répandue en France, très fréquente dans les bois peuplés d’arbres caduques), Dermacentor reticulatus (préfère les régions froides, avec une humidité relative adéquate, n’apparaissant donc pas en zone méditerranéenne), et Rhipicephalus sanguineus (tique des régions méditerranéennes : elle abonde donc dans les lieux où les étés sont secs et les hivers tempérés mais elle craint le gel).

Les pathologies engendrées

Les tiques ne transmettent pas ou peu de maladies au chat.
Les réactions cutanées aux morsures de tiques sont habituellement modérées et se caractérisent par une zone rouge de 2 à 3 mm de diamètre située à la périphérie immédiate du site de fixation de la tique.

Des toxines produites par la salive des femelles fixées peuvent également être responsables de ce qu’on appelle les « paralysies à tique ». Les toxicoses à tiques doivent être différenciées de fausses paralysies ayant pour origine une gêne musculaire ou une compression nerveuse causées par la réaction œdémateuse au point de fixation.
Les autres maladies : piroplasmose, ehrlichiose, borréliose, hépatozoonose sont très rares pour ne pas dire absentes chez le chat.

Traitement

Aucune mesure ne peut assurer à elle seule une protection à 100% contre les maladies transmises par les tiques. Après chaque sortie, il faut donc inspecter soigneusement le chien à la recherche de tiques qui auraient pu se fixer. L’utilisation de moyens mécaniques, tels que les crochets à tique peut s’avérer très utile et efficace.


Les poux

Contrairement à ce qui se passe chez l’homme, les infections par les poux sont assez peu fréquentes chez les animaux de compagnie. Il existe deux sortes de poux, représentées par l’ordre des ANOPLOURES ou poux « piqueurs » et l’ordre des MALLOPHAGES, encore appelés poux « broyeurs ». Les poux sont extrêmement spécifiques d’une espèce : le chien ne contamine pas le chat de la maison et inversement.

Les poux conduisent rapidement à une dermite prurigineuse et à des squames importantes puis secondairement à des excoriations avec apparition de croûtes liées au grattage de l’animal. En cas d’infestation, un examen du pelage permet de mettre en évidence la présence de lentes collées à la base du poil. Les adultes doivent être recherchés.

Traitement

Le traitement fait appel à l'application d'insecticides, comparables à ceux utilisés contre les puces. Cette application doit être répétée du fait du faible pouvoir ovicide des substances utilisées.

Les aoutats

En France, la trombiculose est due au parasitisme, normalement très saisonnier de Trombicula autumnalis. La trombiculose correspond à la dermatose provoquée par les larves du parasite.

Les aoûtats envahissent volontiers les endroits du corps de l’animal où la peau est fine comme les oreilles, les paupières, le pourtour du museau, les lèvres, le bassin, la région péri-anale et les espaces interdigitaux, s’agrippant à la racine des poils.
Des démangeaisons intenses représentent le symptôme initial essentiel.

Traitement

Le traitement de la trombiculose n’est pas simple. En effet, l’animal se réinfecte continuellement et la plus grande partie de la vie de l’aoûtat se passe à l’extérieur : il faudra de ce fait également agir sur le terrain fréquenté par l’animal-hôte, mais le traitement des zones infestées comme le jardin est souvent très décevant.


La gale auriculaire ou otacariose


L’otacariose est une pathologie auriculaire liée à la présence d’Otodectes cynotis, parasite peu spécifique, mais surtout retrouvé chez le chat. Selon les milieux, le parasite serait présent chez 4,2% à 28,4% des individus et responsable de 50% à 84% des otites externes.

Le parasite est responsable d’otite externe érythémato-cérumineuse, bilatérale le plus souvent. Le prurit est modéré à violent et peut être à l’origine d’une alopécie et de plaies de grattage péri-auriculaires ou rétro-auriculaires. Non traitée, la maladie peut se compliquer et provoquer des suppurations d’origine bactérienne et/ou fongique ou même une rupture du tympan.

Traitement (Il faut alors orienter l’animal vers un vétérinaire)

Le traitement de la gale auriculaire se décompose en 3 phases :
- Le nettoyage des oreilles avec une solution nettoyante
- La destruction du parasite à l’aide d’un acaricide qui aura la propriété de tuer les parasites adultes
- Éliminer les possibilités de récidives. Tous les animaux en contact avec l'animal atteint (chiens, chats, furets) doivent être traités. S’il n’y a pas d'amélioration après quelques semaines, il faut alors revoir votre vétérinaire

Accueil
Accueil