Ethnie des HUI

L’Ethnie Hui, une des 10 ethnies musulmanes de Chine, compte 9 millions d’âmes à l’échelle nationale. Les Hui sont essentiellement concentrés dans la région autonome Hui du Ningxia, fondée le 25 octobre 1958 et située dans le Nord-Ouest de la Chine.

Concernant ses croyances religieuses, la population d’obédience islamique, a toute latitude d’exercer sa liberté du culte, dans le respect de la Constitution du pays, et tout en vivant en parfaite harmonie avec le reste de la communauté.

On est donc en mesure de se demander quelle est l’origine de cette ethnie, et comment en est-elle venue à adopter l’islam en tant que religion dans l’Empire du Milieu ?

Historique : Il y a bien longtemps, au 7ème siècle, des caravanes de marchands arabes enturbannés de blanc arrivèrent à l’Est, à la terre des Tang, où finalement ils s’acclimatèrent et se propagèrent. La plupart de ces immigrants devinrent plus tard des soldats, des fermiers et des artisans, alors qu’un petit nombre d’entre eux embrassèrent le commerce ou le prêche, et quelques uns se firent mandarins. Rares furent ceux qui regagnèrent leur terre ancestrale; la plupart s'enracinèrent ici et entrèrent dans les registres officiels de la Cour Yuan sous le nom "Hui-hui". Ainsi, une nouvelle nationalité émergea en Chine. Du fait de l'inévitable interaction raciale durant le cours de l'histoire, les "Hui-hui" finirent par admettre dans leur communauté certains autres éléments ethniques, telles que les nationalités han, mongole, ouïgour et juive; mais conservèrent depuis le début leur propre identité ethnique, ne se laissant jamais assimiler par les Han ou les autres races. (...) En tant que race minoritaire, ils devaient être conscientieux, laborieux et opiniâtres afin de gagner leur vie et préserver leur foi."

Les annales historiques, le flux migratoire en provenance de l'Ouest connut deux principales étapes en Chine.

Dans un premier temps, au 7ème siècle., des immigrants venus de Perse et d'Arabie arrivèrent en Chine par la route de la soie. Il s'agissait de marchands, de messagers et de missionnaires de l'islam. Ces derniers s'établirent dans leur grande majorité à X'ian (Shanxi) et Luoyang (Henan) alors que ceux venus par mer, se concentrèrent le long du littoral et notamment à Guangzhou (Guangdong), Quanzhou (Fujian) et Hangzhou (Zhejiang).

Ensuite, au 13ème siècle., la seconde vague d'immigration à partir de l'Asie centrale et l'Asie de l'Ouest fut déclenchée par l'invasion de ces régions par l'armée de Gengis khân, fondateur du premier Empire mongol qui conquit la Chine du Nord (1211-1215), l'actuel Iran, le Sud de la Russie et l'Afghanistan.

A cet égard, il serait intéressant de noter que des traces du passage de Gengis khân et de l’armée mongole existent encore de nos jours dans la gorge de Liangdian où ils séjournèrent l'été, probablement de l'année de la conquête.

Au cours des deux vagues, ces immigrants s'allièrent progressivement aux Han, ainsi qu'aux Mongols et Ouïgours, donnant naissance à l'ethnie Hui. Les Hui se distinguent des Han par leurs traits physiques ; mais même s'ils recourent à l'arabe, langue du Coran, pour dire leurs prières, c'est le Putonghua qu'ils utilisent comme langue officielle et dans la vie de tous les jours.

Leur autonomie s’exerce sur le plan économique et culturel mais également politique. En effet, ce sont les citoyens issus de l’ethnie Hui qui occupent les postes-clés au niveau des instances régionales telles que les assemblées et les gouvernements populaires de la région, des préfectures et des districts. De plus, en vertu de la loi afférente, les députés Hui sont plus nombreux que les populations qu’ils représentent, ce qui n'est en fait pas le cas pour toutes les ethnies minoritaires du pays.

Ces dernières, y compris les Hui, sont habilitées à déroger à la politique de l’enfant unique et d’avoir deux enfants dans un intervalle de quatre ans.