Retour Miao
Ce sont donc une cinquantaine de costumes qui s'offrent au visiteur, parures de fêtes plutôt que costumes traditionnels
au sens strict, qui ont disparu du quotidien depuis plusieurs décennies. Ils témoignent de la dextérité comme de la richesse mise en œuvre lors de rites de passage importants tels mariages ou naissances.
Ainsi ces parures d'argent, éclatantes et sonores,
de la province de Guizhou, ruisselant sur le corps des jeunes mariées en tiares, colliers, boucles d'oreilles et pendeloques dont le poids peut atteindre jusqu'à dix kilos. Ou la jupe aux cent plis (qui en compte parfois jusqu'à cinq cent), qui requiert un savoir faire se transmettant de mère en fille, et nécessite plusieurs années pour sa réalisation, les plis formés étant régulièrement arrosés d'amidon et séchés au soleil.