Les ASSAMAIS (14,6 Millions )

L'Assam occupe une grande partie des plaines du nord-est de l'Inde, qui dessinent un renfoncement entre l'Himalaya oriental et les chaînes séparant le monde indien de la Birmanie. Ces plaines sont traversées par le Brahmapoutre, puissant fleuve issu du Tibet qui vers l'aval forme un delta commun avec le Gange. Les vents de mousson atteignant le cul-de-sac que constitue l'Assam y déversent des pluies très abondantes pendant une longue saison des pluies, entre juin et septembre. Une des stations les plus arrosées du monde, Cherrapunji (environ 11 000 mm de pluie par an), se trouve sur les bordures d'un plateau qui a longtemps été une partie de l'Assam. L'hiver est plus sec et, comme les cultures sont très développées, l'Assam n'a de forêts importantes que sur les basses pentes des montagnes qui l'encadrent.
Population
Les Assamais, au sens étroit du terme, ont une forte conscience de leur identité, fondée sur une langue apparentée à celles du reste de l'Inde du Nord, sur la pratique de la culture permanente de plaine, sur une hindouisation précoce et une assez faible pénétration de l'islam, à la différence de ce qui s'est passé dans le Bengale voisin. Ces Assamais de souche entretiennent des rapports difficiles avec deux types de populations: en premier lieu, des groupes tardivement convertis à l'hindouisme, pratiquant souvent l'agriculture itinérante, qui appartiennent à ce que l'on appelle dans tout le monde indien les populations «tribales»; en second lieu, des populations arrivées du reste de l'Inde en plusieurs vagues successives, composées de migrants pour raisons économiques venus pour travailler sur les plantations, puis de réfugiés hindous fuyant les parties du Bengale dominées par les musulmans (Pakistan oriental puis Bangladesh).