Dynastie des HAN : (206 av. J.-C. - 220 apr. J.-C.)

La dynastie des Qin par le suicide du fils de Qin ( Tcheng )en 207 av. J.-C. provoque le retour du chaos en Chine, et laisse place à la dynastie des Han. Dynastie Han (206 av. J.-C. - 220 ap. J.-C.) - Les HAN régnèrent pendant 414 années.

Les Han gouvernent avec plus de souplesse que les Qin pourtant ils gardèrent les institutions instaurées sous la dynastie précédente, le dernier empereur Han abdique en 220 et c’est le début de Quatre siècles de troubles.

L’expension des Han fit entrer les Chinois en contact avec les "barbares" qui environnaient leur territoire. Il en découla des conflits militaires et des retombées commerciales.

Les premières expéditions militaires donnèrent aux Chinois accès à l’Asie centrale, en leur ouvrant la route qui leur permis de faire parvenir leurs soies jusqu’à Rome.

Phase de consolidation, notamment avec le véritable établissement de l'état chinois et l'extension militaire des frontières de l'Empire aux futurs Vietnam et Corée.La dynastie des Han instaure une période d'unification territoriale et politique, favorisant les échanges et innovations techniques. L'art connaît un développement lié à la culture créative des mandarins ainsi qu'à l'intérêt du gouvernement. Si les lettrés fonctionnaires semblent avoir peint pour leur plaisir ( papier, encre et pinceau venaient d'être inventés ), l'art des Han doit surtout son éclat à un artisanat riche et varié, et à un art funéraire resté inégalé. Sous la dynastie des Han, on enregistra un essor de l'agriculture, de l'artisanat et du commerce, et la population atteignit 50 millions d'habitants.

C'est en l'an 105 après J.C., qu'est découvert le papier en Chine, sous le règne de l'Empereur Hoti, .Dynastie des HAN.

Il envoya par deux fois Zhang Qian en mission diplomatique vers les Contrées occidentales, ouvrant ainsi une voie connue sous le nom de "Route de la Soie" qui avait Chang'an (Xi'an d'aujourd'hui au Shaanxi) comme point de départ et la côte est de la Méditerranée comme aboutissement, en passant par le Xinjiang et l'Asie centrale. C'est grâce à cette voie que les splendides soieries chinoises ont été transportées en grande quantité vers l'Ouest. Tandis que les échanges devenaient plus intenses de jour en jour, le bouddhisme a été introduit en Chine au premier siècle de notre ère.

C'est seulement au deuxième siècle de notre ère que de nombreuses rébéllions paysannes d' inspiration taoiste, précépitèrent la chute de la dynastie des Han en 220.La Chine entre à nouveau dans une pèriode agitée et de lutte pour le pouvoir et se trouve divisée en un grand nombre de petits royaume

L'architecture et l'art funéraires
Les architectes révèlent leur génie dans la construction et la décoration des tombes (voûtes) plutôt que dans les maisons et les palais, bâtis exclusivement en bois. On accède aux sépultures les plus importantes, recouvertes d'un tumulus, par le «chemin de l'âme», allée dallée et bordée de statues colossales. Venue d'Asie centrale, la technique de la ronde-bosse n'est pas encore parfaitement maîtrisée. Le talent des artistes han apparaît plutôt sur les dalles gravées en léger relief, plus proches de l'art pictural que de la sculpture proprement dite. Les sujets dépeignent la vie quotidienne. Les briques estampées atteignent aussi au grand art: un cheval réticent avec son palefrenier annonce déjà Han Kan, le grand peintre animalier des Tang. Les meilleures peintures murales han se trouvent dans des tombes de Mandchourie et de Corée. Les scènes de cour qu'elles reproduisent révèlent un sens aigu de l'espace. Les tombes han contiennent les reproductions en terre cuite des biens du défunt, précieux documents sur la vie de l'époque. On y trouve des objets comme la remarquable bannière de soie peinte du cercueil de la marquise de Dai (Mawangdui, province du Henan); y figurent des symboles du monde céleste et du monde terrestre: poissons, dragons...