Retour Ming
Retour Cité Interdite

Cité Interdite les Douves

Les palais étaient fréquemment la proie des flammes : une fête des lanternes combinée au vent du désert de Gobi, ou des feux d'artifices, suffisaient à allumer un incendie. D'autres étaient volontairement allumés par les eunuques ou par des courtisans désireux de s'enrichir grâce aux travaux de reconstruction. Les douves du palais, aujourd'hui propices au canotage, se révélaient fort utiles, les pompiers n'étant pas considérés assez dignes d'éteindre les flammes royales.