Les MOGHOLS

Les grands Empereurs Moghols, conquérants venus d'Asie,

Les grands Empereurs Moghols, conquérants venus d'Asie, descendants de Gengis Khan et de Tamerlan, transformèrent l'Inde en quelques décennies, engloutissant sur leur passage principautés et royaumes. Ils eurent comme principaux rivaux les Rajputs, répartis en clans éminemment belliqueux et les Marathes qui leur bloquèrent l'accès du Sud de l'Inde.On désigne sous l'appellation générique de «moghole» la dynastie des Timurides (descendant de Tamerlan), d'origine turque, qui régna sur l'Inde de 1526 à 1858. Les souverains de cette dynastie furent appelés les Grands Moghols.

Le premier Empire Moghol
Baber (1483-1530), qui se dit descendant de Tamerlan par son père et de Gengis Khan par sa mère, est, au début de son ascension, le souverain d'un petit État qui a des ambitions territoriales en Asie centrale. Fin diplomate et bon administrateur, Baber réussit à consolider durablement ses conquêtes. Il jette les bases de la restauration d'un ordre impérial qui va durer plus de deux siècles et engendrer une civilisation très brillante.Il est nommé moghol, c’est-à-dire mongol, parce qu’en Asie centrale tout chef de guerre de quelque envergure se réfère au souvenir de Gengis Khan. Il est pourtant turc, plus exactement turc timouride. Baber, descendant de Tamerlan à la cinquième génération,

Les Moghols, maîtres de l'Inde

Ils sont six à pouvoir porter le titre de Grands Moghols :1) Baber, 2) Humayun, 3) Akbar, 4) Djahangir, 5) Chah Djahan et 6) Awrengzeb qui règnent sur les Indes de 1526 à 1707.

Règne Aurengzeb (1658-1707) En 1657, Chah Djahan tombe malade et veut abdiquer en faveur de son fils Dara. Mais un autre fils, Awrengzeb, se fait proclamer empereur (1658) ; Dara est capturé, torturé, exécuté avec tous ses enfants, tandis que Chah Djahan, enfermé dans le fort d’Agra, finit ses jours les yeux fixés dans le lointain, sur le Tadj Mahal. C’est un monstre qui accède alors au trône. Inculte, méprisant les arts, il interdit chant, musique, danse, poésie, peinture. Austère, il s’habille de laine ou de coton et mange dans de la vaisselle en terre cuite. Bigot, il ne veut construire que des mosquées

Le long règne d'Aurangzeb est émaillé de nombreuses et sanglantes révoltes. Sikhs, Rajpoutes, mais surtout Mahrattes se rebellent à tour de rôle, et finissent par affaiblir la puissance militaire d'Aurangzeb. D'une foi islamique intransigeante, moins enclin au compromis que Shah Jahan, le dernier des Grands Moghols ne parvient plus à contrôler son immense empire, qui s'étend du Penjab à la pointe sud de la péninsule indienne.

Au terme de trente-cinq ans de raids aux fortunes diverses (1525-1561), les successeurs de Baber conquièrent l'Inde. Parmi ceux-ci s'impose Akbar (1542-1605), le petit-fils de Baber. C'est à lui qu'il revient de mettre fin au dernier grand État de l'Inde du Sud, le Vijayanagar, en 1565. L’empereur Akbar, transfère sa capitale de Delhi à Agra, puis édifie non loin une nouvelle ville: Fatehpur Sikri.

Avec lui commence le temps des "Grands Moghols", empereurs esthètes et mécènes, sous les règnes desquels l´Inde voit s´épanouir une brillante civilisation dont l´opulence et le raffinement deviennent légendaires.

À Akbar succède Jahangir, son fils aîné, qui règne de 1605 à 1627. Ensuite, le trône est occupé par Shah Jahan, dont la réalisation majeure est le mausolée du Taj Mahal, élevé en mémoire de son épouse Mumtaz Mahal. Ce règne est relativement pacifique, mais le troisième fils de Shah Jahan, Aurangzeb, longtemps vice-roi du Dekkan, prend le pouvoir par la force en 1658 et fait emprisonner son père.

Moghol Baber et ses Jardins
Moghol Akbar petit Fils de Baber
Djahangir
Chah-Djahan
Tag-Mahal
Shah-Jahan et Mumtaz Mahal
Fathepour Sikri
Salle d'Audience de Akbar
Diwan
Mausolée de Moumtaz