TAMERLAN : Timur Lang le Boiteux


De tous les monstres de l'histoire, aucun n'est plus sanguinaire - s'il faut en croire les récits de ses ennemis - que Tamerlan, le seigneur de la guerre tartare qui, au XIVe siècle, bâtit un vaste empire depuis la Chine jusqu'au ceeur de l'Asie Mineure. Né près de Samarkand (aujourd'hui en Union soviétique) en 1336, Tamerlan vécut près de soixante-dix ans, et il est passé à l'histoire comme l'un des conquérants les plus brutaux que l'humanité ait connus.

En 1401, à Damas, en Syrie, Tamerlan répondit aux cris de pitié que lui lançaient des milliers d'habitants de la ville, accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants, en leur disant de se réfugier dans la grande mosquée. Selon un historien du temps, ses lieutenants poussèrent 30 000 femmes, enfants, prêtres et autres réfugiés dans l'édifice de bois, fermèrent toutes les issues, puis mirent le feu à l'énorme sanctuaire. Dans un autre geste de « clémence », le conquérant promit aux édiles de Sivas, en Turquie, que le sang des défenseurs de la cité ne serait pas répandu s'ils se rendaient. II tint sa promesse : les 4 000 soldats arméniens qui avaient mené la résistance turque furent tout simplement enterrés vivants. Les chrétiens de la ville furent étranglés ou ligotés et jetés dans les douves. Quant aux enfants, on les rassembla dans un champ où la cavalerie mongole les piétina sous ses sabots.

Tamerlan est une déformation occidentale de Timur Lang, c'est-à-dire Timur le Boiteux. A l'origine, on l'appelait simplement Timur, mot qui signifie « fer ». Jeune homme, il fut blessé par une flèche au genou droit, probablement à l'occasion d'un coup de main contre une tribu rivale, et cette blessure le laissa boiteux toute sa vie.si Timur ne pouvait marcher longtemps à cause de sa jambe, à cheval, il se transformait en un guerrier indomptable et un voyageur infatigable.

Tamerlan (1336-1405), conquérant turco-mongol. Il se tailla un empire s'étendant de l'Inde à la mer Méditerranée, fondant la dynastie des Timurides, qui régna sur la Transoxiane et l'Iran jusqu'au début du XVIe siècle.

Il étendit sa domination sur les khanats voisins et, en 1394, il avait conquis l'Iran, la Mésopotamie, l'Arménie et la Géorgie, et avait envahi la Russie et la Lituanie à plusieurs reprises. En 1389-1395, il combattit et affaiblit le khanat de la Horde d'Or; des rebelles furent exterminés en Iran à son retour. En 1398, Tamerlan occupa l'Inde, et s'empara de Delhi, qu'il pilla. En 1401, il prit la Syrie aux mamelouks, mettant Damas à sac, et massacra la population de Bagdad. L'année suivante, il vainquit le sultan ottoman Bayazid Ier. Alors qu'il se préparait à attaquer la Chine, il mourut le 18 février 1405, près de Chymkent (aujourd'hui au Kazakhstan), et fut enterré à Samarkand, sa capitale. Son mausolée, le Gur-e Amir, compte parmi les grands monuments architecturaux de cette ville.

 

Bien qu'il fût célèbre pour sa cruauté dans la guerre et pour les nombreuses atrocités commises par ses armées, Tamerlan était aussi un passionné de l'érudition et des arts. Sa dynastie fut renommée pour son aide au développement des littératures turque et perse.

À sa mort, ses descendants se partagèrent son empire, fondant des dynasties distinctes. L'un d'entre eux, Baber, fut le premier souverain Moghol de l'Inde en 1526.

Tamerlan
Tamerlan équestre
Mausolée Tamerlan
Tombe Tamerlan
Cliquez sur les photos pour agrandir