Religion VEDIQUE et le Culte Indigène

Les sacrifices sanglants : La religion des rites exigeait des sacrifices sanglants, qui sont restés jusqu' à notre époque un trait vivant de son héritage. Les sacrifices humains, pratique commune des religions primitives, étaient accomplis par les Brahmanes jusqu' à l' époque de leur installation sur la terre indienne. Les sacrifices sanglants ont persisté jusqu' à notre époque dans les milieux ruraux et les tribus. Sous la forme des sacrifices humains, ils furent pratiqués au tamilnadu jusqu' au milieu du 19e siècle: sélectionnés dés l' enfance pour le sacrifice, des adolescents étaient égorgés ou étranglés pour être offerts au dieu. Au Bengale, des sacrifices d' enfants, (interdit en 1802 par le gouverneur Wellesley ) avaient lieu au grand pèlerinage de Gangâ-Sâgar. Condamnés par le brahmanisme, ces rites barbares ont persisté, jusqu' au milieu du 20e siècle, que dans des sacrifices propitiatoires, très clandestins , pratiqués en Inde centrale par certaines tribus.

Les sacrifices d' animaux conservent aujourd'hui une grande valeur dans l' hindouisme. Le plus connu est celui du buffle, qui est pratiqué chaque année, lors de la grande fête du Dasarâ ( ou Navarâtri, les neuf Nuits ) dans de nombreuses régions de l' Inde.
Cliquez sur les photos pour agrandir + texte
rite Vedique
Déesse Durga
Déesse grande-Mère
Surya
Nymphe
Ekamukhalinga

Le védisme est la religion des envahisseurs indo-aryens, au IIe millénaire. L' essentiel est contenu dans un ensemble de textes qu' on appelle le Véda, qui signifie le " savoir " . Cette religion a coexisté longtemps avec les cultes indigènes de l' Inde, avant de fusionner avec ceux-ci pour former ce que nous appelons l' Hindouisme. La religion védique ignore la notion du dieu unique. C' est pourquoi l' Inde ne connut longtemps qu' une multitude de divinités. La religion védique est caractérisée aussi par une eschatologie sommaire. Le Rig Véda connaît un ciel ( svarga ) où les ancêtres résident avec les dieux: Ce ciel se gagne par la pratique des rites. Les Aryens de l' âge védique ne savaient rien de la transmigration. Le Rig Véda a aussi la notion d' un enfer, un lieu souterrain et obscur où séjournent les personnes qui s' exposent à la vindicte des brahmanes. Le principal lieu de séjour pour les défunts est le ciel, l' âme du mort, enlevée sur un chariot ou sur des ailes, prend le chemin des pères et atteint un lieu d' éternel repos.

La notion de ciel est paradisiaque: on y jouit de la lumière du soleil, de toutes les formes matérielles du luxe, ainsi que les délices de l' amour. On y reçoit la nourriture des dieux et des ancêtres. Les tribus actuelles de l' Inde, que leur isolement géographique a maintenues à l' écart de l' évolution générale des sociétés, nous fournissent aujourd'hui le témoignage de ces " religions amorales " qui étaient une réalité universelle il y a plus de 3000 ans.

Déesse Mère